Les 5 erreurs de la motivation d’entreprise.

team_spiritTrop d’entreprises font l’erreur de concentrer les challenges de motivation sur les commerciaux.
Même s’ils représentent le lien entre l’entreprise et le client, seuls, ils ne peuvent rien.

 

 

1. Ne motiver que les commerciaux

S’il est vrai que la force de vente représente l’image de l’entreprise en clientèle, et bien que ce soit elle qui enregistre les commandes, il n’en est pas moins vrai que l’entreprise est une chaîne dont chaque maillon a son importance.

Si le Service R&D n’innove pas, très rapidement, plus grand-chose ne sera  à vendre.
Si la logistique ne gère pas les commandes, aucune livraison possible.
Si la comptabilité ne facture pas, vous saurez rapidement rappelé à l’ordre pas la finance.
Si personne n’est à l’accueil des clients ou en réponse au téléphone, la concurrence saura récupérer votre business.

La conclusion est qu’une société qui se développe est une société ou tout le monde avance dans le même sens, faisant union pour se féliciter des succès comme bloc face à l’adversité.

 

2. Définir un challenge démotivant

Pour qu’il reste source de motivation, un challenge doit respecter certaines règles :

  • Adapté à la personne ou à l’équipe concernée. Donner un challenge en volume de vente à la comptabilité n’a pas de sens. Il existe beaucoup d’autres sources de challenges comme, par exemple, des objectifs liés à la compétence : MBO.
  • Le challenge doit être clair, précis, atteignable et mesurable. La personne doit pouvoir se positionner par rapport à son challenge.
  • L’objectif doit être cours (trimestre par exemple) et monter crescendo afin de permettre au collaborateur d’apprécier son évolution.
  • Définir un challenge collectif avec des « sous challenges » par individu. Le collaborateur doit voir qu’il faut réussir en équipe mais que, même en cas d’échec, ses efforts seront récompensés.

 

3. Ne pas faire de bilan

Donner un challenge sans points réguliers n’a pas de sens !
Suivre son collaborateur c’est lui montrer que sa réussite est aussi importante pour lui que pour vous.
Veiller aux choix judicieux et dynamiques de l’objectif et vous assurer de la motivation de la personne.
C’est l’occasion de recadrer, si nécessaire, et de montrer aux collaborateurs votre disponibilité pour l’aider à performer.

 

4. Ne pas partager les résultats

Partager le résultat est aussi source de motivation.
Pour celui qui est top performeur, c’est la jouissance de montrer à ses collègues sa réussite.
Pour celui qui a moins réussi, c’est éveiller son esprit de compétitivité et lui donner l’envie de gagner la prochaine fois.
Pour tous, c’est se féliciter de son évolution, de gagner en confiance en soi et de découvrir ses capacités à développer ses compétences.

 

5. Ne pas féliciter

Encourager, sans dévaloriser les échecs, c’est montrer le chemin pour atteindre ses objectifs.
Quand l’objectif est atteint, il faut savoir féliciter ses collaborateurs pour leur succès.
Avouons-le, cela fait toujours plaisir de sentir ce rayonnement sur soi.

 

Conclusion

Tous les collaborateurs sont importants dans une entreprise et dénigrer un salarié c’est mettre à mal cette chaine virtuelle de la performance.
La croissance de la société est le résultat d’une synergie entre tous et son développement résulte de la dynamique des salariés.
La motivation des équipes passe par une bonne connaissance de celles-ci et par une volonté de positionner le collaborateur au centre de l’entreprise.

 

Lire aussi :

L’analyse PESTEL, un outil très utile pour le futur de l’entreprise